Le tableau du samedi – 39/19

Le pays de cocagne de Peter Bruegel l’Ancien : Le Pays de Cocagne est, dans l’imaginaire de certaines cultures européennes, une sorte de paradis terrestre, une contrée miraculeuse dont la nature déborde de générosité pour ses habitants et ses hôtes.

Résultat de recherche d'images pour "pieter bruegel l'ancien"

Le pays de Cocagne et ses habitants constituaient un thème fort prisé au début de la Renaissance. Le tableau combine vision utopique et critique de l’oisiveté et de la prodigalité. Autour de l’arbre, ceint d’une table, un paysan, un soldat et un érudit sont allongés comme les rayons d’une roue. Leur présence simultanée prouve que les hommes de toutes conditions succombent aux délices du pays de Cocagne.

 

Le tableau du samedi – 32/19

Fidèle à ma petite idée de vous présenter quelques peintres, ce mois d’août sera consacré à Camille Pissaro,

Il fréquente quelques ateliers de l’École des beaux-arts de Paris, où l il est surtout attiré par Jean-François Millet pour ses thèmes de la vie rurale, par Gustave Courbet pour son renoncement au pathos et au pittoresque, et par la liberté et la poésie des toiles de Corot.  Ses toiles étant refusées au Salon officiel, il doit se contenter de participer au Salon des refusés de 1863. En 1860 Julie Vellay, fille de viticulteurs de Bourgogne, entre comme domestique chez les Pissarro. Elle deviendra la compagne de Camille mais il ne l’épousera que plusieurs années plus tard, à Londres. Le père de Camille, scandalisé par cette mésalliance, lui coupe les vivres.

Camille Pissarro vit à Pontoise de 1866 à 1869 de manière épisodique, et y compose un grand nombre de peintures, dessins et gravures. La ville est proche de Paris par le chemin de fer, les paysages fluviaux, ruraux et urbains y sont variés. Enfin, le docteur Gachet, ami de Pissarro, s’était installé à Auvers-sur-Oise, non loin de Pontoise, quelques mois plus tôt

Sa situation financière est difficile. Il peint des enseignes pour faire vivre sa famille. En 1869, il s’installe avec sa compagne et leur première fille à Louveciennes. Il doit fuir avec sa famille et abandonner son atelier devant l’avance des troupes prussiennes, à l’automne 1870 lors de la guerre avec les Prussiens. De retour à Louveciennes au printemps 1871, il découvre que son atelier a été pillé et qu’il ne lui reste plus qu’une quarantaine de toiles sur près de mille cinq cents. Il peint une seconde série de toiles à Louveciennes, les plus nombreuses à nous être parvenues, jusqu’à la fin du printemps 1872.

Les laveuses

washerwomen_eragny-400

 

Le tableau du samedi – 31/19

Fidèle à ma petite idée de vous présenter quelques peintres, ce mois d’août sera consacré à Camille Pissaro,

Jacob Abraham Camille Pissarro, dit Camille Pissarro, né le 10 juillet 1830  dans les Antilles danoises devenues les Îles vierges et décédé à Paris en 1903 un peintre impressionniste puis néo-impressionniste franco-danois. Il arrive en France pour ses études à l’âge de douze ans. Cinq ans plus tard; de retour aux Antilles, son père l’initie aux affaires. Renonçant à cette vie, il part pour Caracas et revient à Paris. Il rencontre Jean Baptiste Corot, délacroix et Courbet. à suivre…

Peintre rural

Résultat de recherche d'images pour "camille pissarro"
Eternels éclairs  à Bazincourt