Il suit successivement les cours de l’École nationale des arts décoratifs puis de l’École nationale supérieure des beaux-arts à Paris de 1904 à 1914. Il débute en 1905 au Salon des Indépendants et participe ensuite aux Salons des artistes français, aux  Salons d’automne , aux Salons des Tuileries.

Il fut l’aquarelliste à l’origine de nombre billet de banque en francs.  Il réalisa l’affiche de l’Heure bleue parfum de Guerlain mais il fut aussi l’un des peintres du mouvement cubiste sans pour autant s’y enfermer.

38 - Clément Serveau le bouqut de fleurs
Bouquet de fleurs

Je vous invite ici pour d’autres oeuvres de ce peintre contemporain

Résultat de recherche d'images pour "clément serveau peintre"

Tableau du samedi – Léonor Fini

Née d’une mère italienne et d’un père argentin, Leonor Fini passe son enfance et son adolescence à Trieste en Italie, auprès de sa mère et de sa famille maternelle. Elle n’a pas connu son père, très tôt disparu. Dans un milieu bourgeois très cultivé, elle acquiert une culture cosmopolite. Elle quitte sa famille à 17 ans pour s’installer à Milan et commence à peindre, adoptant le classicisme et la peinture tonale à l’exemple de Carrà.

En 1937, elle quitte l’Italie pour Paris et rencontre André Breton et les surréalistes. Leonor Fini.jpgS’inspirant de leurs théories, elle expérimente le « dessin automatique ». Elle se lie d’amitié avec Georges Bataille, Victor Brauner, Paul Éluard et Max Ernst sans jamais intégrer le groupe, n’ayant aucun goût, selon elle, pour les réunions ni les manifestes. C’est en solitaire qu’elle explore un univers onirique mettant en scène des personnages aux yeux clos (des femmes le plus souvent). Des jeunes gens, un peu androgynes, alanguis face à des sphinges protectrices évoluent ou rêvent dans un climat de fête cérémonielle où l’érotisme flirte avec la cruauté. Chez elle, la femme est sorcière ou prêtresse, belle et souveraine.

Sa première exposition monographique a lieu à New York, en 19392. lire la suite ici

une exposition lui est consacrée à Paris jusqu’au 30 septembre à la galerie Minsky

36 - Fini-Leonor---Autoportrait-avec-un-scorpion---1943
autoportrait au scorpion 1938

tableau du samedi – Toulouse Lautrec

C’est l’anniversaire de sa mort… 1901

Henri, comte de Toulouse-Lautrec-Monfa, naquit le 24 novembre 1864, dans un vieil hôtel, sis rue de l’École-Mage, à Albi. Il descendait en ligne directe des historiques comtes de Toulouse qui régnèrent sur l’Albigeois et dont certains épousèrent des princesses de sang royal. La femme de Raymond V était la fille du roi de France Louis VI le Gros ; celle de Raymond VI était la sœur du roi d’Angleterre, Richard Cœur de Lion. Baudouin de Toulouse, ou Balduin, comme on disait alors, frère de Raymond VI et oncle de Henri de Toulouse-LautrecRaymond VII, épousa Alix, « comtoresse » de Lautrec, et le nom de Lautrec s’ajoute dès lors, sans interruption, au nom patronymique des Toulouse.

Henri de Toulouse-Lautrec se souciait peu de ces nobles détails. A l’âge de sept ans, on le mena à Paris commencer ses études au lycée Condorcet : d’esprit très éveillé, il ne voulut plus bientôt travailler qu’avec sa mère. À treize ans, il eut les deux jambes brisées et sa croissance s’arrêta brusquement ; cet accident lui donna définitivement cette apparence baroque qui explique une part de son caractère et peut-être de son talent.

Pour approfondir

 

 

36 - Goulue toulouse lautrec
La goulue arrivant au Moulin Rouge

 

Tableau du samedi – 35/17 Jules Pascin

Qui connait ce peintre ? la  galerie parisienne  » le Minotaure  » expose les oeuvres de ce peintre et propose de découvrir son univers sous le titre « l’oeil de Pascin ». c’est une chance offerte aux Parisiens.

Jules Pascin ( 1885-1930 ), de son vrai nom Julius Mordecai Pincas est le fils un riche marchand, de la ville de Vidin en Bulgarie. Ses relations tumultueuses avec une tenancière de maison close, conduit son père à lui exiger de changer de nom. C’est ainsi qu’il décide de se faire appeler un jour Julius Pascin.   la suite ici

35 - Jules Pascin la sieste
La sieste  encre sur papier 1903

 

tableau du samedi – Anders Zorn

Anders Leonard Zorn, né à Mora le 18 février 1860 et mort à Stockholm le 22 août 1920, est un peintre, graveur et sculpteur suédois. Son originalité se manifeste dans une œuvre marquée par la vie et les atmosphères.

Pourtant reconnu et admiré à Paris au tournant des XIXe et XXe siècles, Zorn n’a pas été célébré dans la capitale depuis 1906 ! Près de 150 œuvres permettront de retracer le parcours de ce grand artiste, ami et rival de Sargent, Sorolla, Boldini et Besnard, à la fois aquarelliste virtuose, peintre talentueux et graveur de génie.

Cette première rétrospective parisienne devrait marquer le retour en grâce d’un maitre resté très populaire en Scandinavie et célébré avec succès à San Francisco et New York en 2013 et 2014.

Outre le portraitiste mondain et le chantre du folklore et de la nature suédoise, l’exposition mettra en valeur son talent magistral d’aquarelliste, de graveur et celui, inédit, de photographe. Cette présentation bénéficiera des plus belles pièces du musée Zorn à Mora et d’un ensemble exceptionnel d’œuvres du Nationalmuseum de Stockholm, partenaire du projet, complété par d’importants prêts d’autres institutions scandinaves et françaises.

Une expo au Petit Palais à Paris aura lieu du  15 septembre 2017 au 17 décembre 2017

34 - anders zorn

34 - andern zorn34 - Anders Zorn la palette et le rêve -1894

Anicet Lemonnier

1743-1824, peintre d’histoire et de scènes mythologiques. Anicet Charles Lemonnier étudia à l’école des Beaux-Arts de Rouen, sa ville natale, avec Jean-Baptiste Descamps, puis à Paris avec Joseph-Marie Vien, où il eut pour condisciples, François-André Vincent et Jacques-Louis David qui devinrent ses amis. Il exposa à partir de 1770 avec la toile: « Les Enfants de Niobe tués par Apollon et Diane », qui lui fit remporter le prix de Rome. Il y resta 10 ans de 1774 à 1784. A son retour, il exécuta sa toile: « La Peste de Milan » pour la chapelle du séminaire de Saint-Vivien à Rouen. En 1789, il fut reçu membre de l’Académie de Peinture. En 1794, il devint peintre du cabinet de l’École de Médecine et reçut en décembre 1792 un logement au Louvre. En 1810, il devint directeur de la manufacture des Gobelins jusqu’en 1816. Son oeuvre la plus connue est le sublime tableau: « Une Soirée chez madame Geoffrin », exécuté en 1812 pour l’impératrice Joséphine.

33 - anicet Lemonnier salon-geoffrinf
LECTURE DE LA TRAGÉDIE “L’ORPHELIN” DE LA CHINE » DE VOLTAIRE DANS LE SALON DE MADAME GEOFFRIN.

C’est très loin des Impressionnistes, mes peintres de prédilection cependant il tout découvrir. Pour en savoir plus sur le tableau

Tableau du samedi –

Germaine Bouret est une illustratrice française née à Paris, le 29 mai 1907et décédée le 25 janvier 1953. Elle a trouvé l’inspiration dans la rue et les squares en dessinant les enfants, thème quasi exclusif de son œuvre, et rapidement elle s’est spécialisée dans les cartes postales et les gravures en différents formats, qui seront très largement diffusées dans de nombreux foyers français. Elle a également illustré des livres pour enfants. Son travail et sa vie sont très étroitement liés à celui de son frère jumeau Marcel Bouret, qui rédigera l’intégralité des légendes de ses dessins, pour une œuvre artistique commune et indissociable.

32 - carte-postale-germaine-bouret-on-fait-une-petite-belote32 - germaine-bouret-quand-le-batiment-va-tout-va-4