Chez Ghislaine 134 – avec les mots en J

défi de Ghislaine 

Je ne sais plus vraiment où j’en suis trop de défis en route. Je pense donc être dans le bon créneau. J’ai retrouvé un texte d’il y a quelques années et je vous le propose un peu dépoussiéré. Il est un peu je sais mais ne vous découragez pas. 

Extrait du journal  « la feuille des potins »

Faits divers : vol  à la bijouterie de Jokari les Jouir

Propos recueillis par notre envoyé spécial sur place

Selon nos dernières informations, la femme qui a cambriolé la bijouterie de Monsieur et Madame Jules et Jacqueline Jacquard a été placée cet après midi en garde à vue, elle sera, dès demain, déférée auprès du juge d’instruction et traduite en justice

Les faits remontent à jeudi dernier, jour de marché dans cette charmante petite bourgade normande.

Madame Jacqueline Jacquard qui était seule au magasin au moment des faits raconte :

« J’étais sur le pas de la porte de mon magasin, je jaspinais avec ma voisine, Josie, propriétaire de la boutique de lingerie fine ; nous discutions de la jalousie des hommes quant au choix des petites culottes et strings de leurs compagnes, quand une dame est descendue d’un taxi. Je me rappelle bien du chauffeur, un homme à moustaches qui a poussé une bordée de jurons parce que la rue était encombrée par le camion des poubelles en retard dans sa tournée.  Elle pénétra dans mon magasin et me dit vouloir acquérir un bracelet jonc et une bague pour l’anniversaire de sa fille.

Après m’être informée de ses critères de choix, je lui ai présenté plusieurs de nos plus beaux modèles. Pendant qu’elle admirait les objets j’ai pris le temps de l’observer. Plus toute jeune mais un regard bleu lavande, une peau étonnamment lisse probablement due à un lifting récent et bien réussi… J’ai bien remarqué aussi ses vêtements chics, de la haute couture certainement, une jupe en soie blanche collante comme un fourreau et un pull noir en angora tricoté main. À ce moment que le facteur est venu déposer le courrier, me fit un clin d’œil en m’invitant à une baignade en soirée ; la marée jusant le permettait. C’est un copain d’école le Jeannot !  Profitant de l’ouverture de la porte, un petit chien, un bichon plein de poils, entra pour rejoindre sa maîtresse.

« – Oh ! Pardon, elle s’ennuie ma Jujube, » dit la cliente en la prenant dans ces bras.

Adorant les chiens, je lui fis des gratouilles et je me baissais derrière le comptoir pour prendre une friandise qu’elle accepta en remuant la queue.

  • « Elle est toujours joyeuse quand on lui offre un gâteau susurra la dame souriante. »

Au bout d’une quinzaine de minutes, elle m’expliqua avec confusion, en minaudant dans un janotisme qui me fit penser que le français ne lui était pas très familier, qu’elle allait encore réfléchir un peu ; et elle sortit en laissant dans son sillage une trace de parfum identifiable : Jérémiade de chez Jichenvy.

C’est alors que, rangeant les plateaux je me suis aperçue du larcin : deux belles pièces de ma collection : deux bagues, un brillant solitaire et  un cabochon de jade serti de diamants avaient disparus.  Je vous prie de m’excuser, je suis encore très émue cela ne m’était encore jamais arrivé.»

Les gendarmes, dépêchés sur place, n’eurent aucun mal à identifier la suspecte : la description de la bijoutière étant très précise. Elle était dans un bistrot devant une bière satisfaite d’avoir réussi son coup. Elle  fredonnait les airs du  juke-box venant de la rôtisserie d’à coté.

Emmenée au poste, la fouille se révéla négative. Bien entendu, elle nia toutes les assertions de vol même si elle montrait quelque signe d’impatience. Elle fut mise en cellule, le temps de recueillir les dépositions des divers témoins et informations complémentaires.

Ce n’est qu’en fin d’après midi, aucune preuve n’ayant pu être retenue contre elle, que le capitaine de gendarmerie décida de la remettre en liberté. Ah ! Enfin on reconnaissait son innocence : elle jubilait.

Mais au moment de signer la fin de la garde à vue, un brigadier est entré dans le bâtiment en pestant parce qu’il avait glissé sur une crotte qu’un petit bichon de chien qui traînait dans l’entrée depuis le matin avait lamentablement déposée. D’ailleurs que faisait-il là ce clébard ? 

Ses collègues, en riant, sont alors sortis sur le perron et ont découvert la petite chienne attachée qui attendait sa maîtresse. Mais un chien est un chien et même bien dressé, il fait ses besoins quand c’est trop pressant.

Et c’est au milieu des crottes que les gendarmes ahuris virent briller les pièces volées.

Interrogée, la femme reconnut avoir déjà pratiqué plusieurs fois ce genre de larcin mais que cette fois Jujube n’avait pas été sage.

A qui se fier ?

Mot mystère – saison 1 – 5

11 lettres pour dimanche 04 octobre

▷ Betty Boop : images et gifs animés et animations, 100% gratuits !

E E U U L L N P R V T


adjectif : qui est à l’état de poudre ; réduit en poussière

Vous pouvez faire un texte en utilisant des mots en anagrammes de cinq lettres minimum

 

Vous publiez soit sur soleillant.lilou@gmail.com  (largement préféré ) soit  sous ce billet

Prenez soin de vous

rappel des règles : vous utilisez les lettres du mot mystère pour construire des mots de cinq lettres au moins, que vous introduisez dans un texte de votre choix.
Cerise sur le gâteau, un texte en rapport avec le mot trouvé.

Mot mystère – saison 1 – 4 les textes, les liens

 ARBALESTRILLE

nom féminin / Instrument dont se servaient jusqu’en 1600 les navigateurs pour mesurer la hauteur du soleil ou des astres afin de déterminer la latitude, l’heure ou la distance angulaire de deux objets

Et chez les Ecriv’nautes

Vous publiez soit sur soleillant.lilou@gmail.com  (largement préféré ) soit  sous ce billet

Prenez soin de vous

▷ Betty Boop : images et gifs animés et animations, 100% gratuits !

rappel des règles : vous utilisez les lettres du mot mystère pour construire des mots de cinq lettres au moins, que vous introduisez dans un texte de votre choix.
Cerise sur le gâteau, un texte en rapport avec le mot trouvé.

Le tableau du samedi – 39/52

        Pas nécessaire d’avoir fait les Beaux arts pour les apprécier. 

Fardoise choisit les thèmes de ce mois de septembre. bas les masques

Joseph-Désiré Court, né à Rouen le 14 septembre 1797 et mort à Paris le 23 janvier 1865, est un peintre français

Descendant par sa mère du portraitiste Hyacinthe Rigaud, Joseph-Désiré Court manifesta de bonne heure une vocation pour la peinture. pour en savoir plus

Le Masque" ~ by Joseph-Desire Court | Art, Masks art, Portrait gallery
le masque

J’aime cette fraicheur du visage, le sourire légèrement malicieux, les plissés du chaperon rose et le contraste du bouquet de fleurs… Un peintre que je découvre

Chez les Peinti’nautes

Si je vous ai oublié n’hésitez pas à me le rappeler. Je mets à jour régulièrement.

 

Avec le sourire

Pour participer c’est simple vous  publiez sur vos blogs ou en commentaire sur mon blog de préférence avant midi. 

soleillant.lilou@gmail.com

Gifs Animés Betty boop

Je rappelle un peu la règle… Vous pouvez poster deux tableaux mais pas plus et
surtout n’oubliez pas de m’envoyer un mail pour me prévenir de votre
publication