Brèves d’Histoire

Fêtons Odile

Aveugle de naissance, Odile est abandonnée par le duc d’Alsace, son père. Baptisée à 12 ans, elle recouvre la vue et rentre en grâce auprès de sa famille.

Le château familial de Hohenbourg devient un monastère dont Odile est l’abbesse. C’est là qu’elle meurt, en 720, sur les pentes du mont qui porte depuis lors son nom. Odile est la patronne de l’Alsace.

mais aussi Folcuin et Nicaise

Décembre aux pieds blancs s’en vient ; An de neige est an de bien.

14 décembre 1911 : Amundsen atteint le pole sud

Le vendredi 14 décembre 1911, le Norvégien Roald Amundsen devient à 39 ans le premier homme à atteindre le pôle Sud.

14 décembre 1789 : Premiers assignats

Le 14 décembre 1789, deux mois après avoir nationalisé les biens du clergé français, l’Assemblée constituante crée les premiers assignats. Il s’agit dans un premier temps de bons échangeables contre une fraction des biens nationalisés. Du fait du laxisme des dirigeants politiques, ils vont se transformer rapidement en « monnaie de singe » (sans aucune valeur).

14 décembre 1825 : Soulèvement des Décembristes

Le 14 décembre 1825, un groupe de jeunes officiers et aristocrates russes tente de soulever la garnison de Saint-Pétersbourg en profitant de la confusion créée par la mort du précédent souverain, Alexandre 1er. Qualifiés de Décembristes (ou Décabristes), ils échouent dans leur tentative (une de plus) d’introduire en Russie un gouvernement moderniste.

Le nouveau tsar, Nicolas 1er, ordonne la pendaison de cinq meneurs et coupe court à toute velléité de réforme. Son successeur Alexandre II se hasardera avec courage (et un succès mitigé) à faire bouger enfin le pays.

Brèves d’Histoire – un 18 novembre

« Gelée de novembre, adieu l’herbe tendre. . »

Nous allons fêter : Aude Odette et Patrocle

La sainte du jour figure parmi les pieuses compagnes de Geneviève, qui protégea Paris contre Attila et les Huns. Elle devint la conseillère de Clovis sur ses vieux jours.

Décès

Marcel Proust

10 juillet 1871 à Paris – 18 novembre 1922 à Paris

Biographie Marcel Proust

En 1913, Marcel Proust publie à compte d’auteur Du côté de chez Swann. Fils d’un brillant professeur de médecine, l’écrivain a une réputation de dilettante et de noceur. Pourtant, il ajoutera six tomes à ce livre hors du commun pour en faire le roman le plus long et l’un des plus beaux de la langue française sous le titre À la recherche du temps perdu. Au total, 17 ans de travail acharné.Voir : Bienvenue du côté de chez Proust !

8 novembre 1793 : Ouverture du musée du Louvre

Le 18 novembre 1793 ouvre officiellement le musée du Louvre, dans l’ancien palais de la monarchie.

Le 10 août précédent, pour fêter le premier anniversaire de la chute de la royauté, l’assemblée révolutionnaire de la Convention avait décidé la création d’un « Museum de la République » où seraient mis à disposition du peuple collections royales et oeuvres d’art confisquées aux émigrés et aux églises.

Richard Fremder nous raconte l’histoire du musée depuis ses origines

Brèves d’Histoire – un 13 novembre

« À la saint Brice le temps, sera celui du jour de l’An. »

Nous allons fêter : Brice, Maxellende Damascène

Brice est un enfant trouvé que Saint Martin confie au monastère de Marmoutier. Bien que prêtre indigne, Brice succède à son bienfaiteur à la tête du diocèse de Tours en 397. Il finit par se ranger jusqu’à mériter d’être canonisé !

Naissances : Eugène Ionesco 1909 à Slatina (Roumanie) – 28 mars 1994 à Paris

décès : Rossini 1868 à Passy en France

13 novembre 1160 : Louis VII le Jeune épouse Adèle de Champagne

Après son divorce malencontreux d’avec Aliénor d’Aquitaine, le roi Louis VII le Jeune se remarie avec Adèle de Champagne, fille du comte Thibaud II le Grand, le 13 novembre 1160. Le couple donnera le jour au futur Philippe Auguste.

13 novembre 2015
L’attentat islamiste du Bataclan

13 novembre 2015 : Paris meurtri par des attaques islamistes

Après les attentats du début de l’année et la grande manifestation consensuelle du 11 janvier, les Français commençaient à reprendre espoir quand le pays a été frappé par une série d’attaques concertées d’une sauvagerie inouïe… La première s’est traduite par plusieurs explosions à l’entrée du stade de Saint-Denis, où se déroulait un match amical France-Allemagne en présence du président de la République. Les trois terroristes meurent dans les explosions en ayant tué une personne et fait une dizaine de blessés.

Beaucoup plus grave est la seconde série d’attaques, perpétrée par deux équipes de trois hommes. Elle survient dans le 11e arrondissement de Paris, à l’intérieur du théâtre du Bataclan où se tenait un concert de rock, et dans les cafés avoisinants. Les spectateurs et les badauds en terrasse sont froidement exécutés à la kalachnikov ou tués par des ceintures d’explosifs.

Au terme d’une « nuit rouge » durant laquelle les hôpitaux parisiens sont transformés en hôpitaux de guerre, on comptera un total de 130 tués, non compris sept assaillants, et 350 blessés. C’est l’attentat terroriste le plus grave qu’ait jamais connu la France et le plus grave en Europe après celui de la gare d’Atocha, à Madrid, le 11 mars 2003 (191 morts).

Les autorités réagissent avec décence mais il n’est plus question de grande manifestation nationale… L’heure est à la mobilisation.

Rien n’a changé dans notre monde moderne, souvenons nous aussi du massacre des Chrétiens à Rome et de la Saint Barthélémy.

Brèves d’Histoire – un 12 novembre

« Temps sanguin, annonce pluie du lendemain. »

Nous allons fêter : Christian, Josaphat et Cunibert

Le saint du jour est un moine polonais qui fut massacré avec ses compagnons par des païens de son pays en 1003. Il figure parmi les saints patrons de la Pologne.

Naissance de Auguste Rodin 1840  » La sculpture à pleines mains« 

12 novembre 1920
Le traité de Rapallo

Le 12 novembre 1920, à Rapallo, l’Italie et la Yougoslavie conviennent de rectifier leurs frontières.

Dans la petite cité balnéaire des environs de Gênes, il est convenu que l’Italie annexe l’enclave de Zara et quelques îlots de la côte dalmate, tandis que Fiume, autre ville de la côte dalmate (aujourd’hui Rijeka, en Croatie), devient un État indépendant. Cet arrangement bilatéral est le premier coup de canif dans les traités de paix des mois précédents qui ont mis fin à la Grande Guerre. Il témoigne de la montée des nationalismes.Frustrations italiennes

Après la Grande Guerre de 14-18, les Italiens reprochent aux Alliés de ne pas leur accorder les territoires promis à Londres en 1915 en échange de son entrée en guerre à leurs côtés.

es territoires sont finalement cédés au royaume de Yougoslavie, né du dépècement de l’Autriche-Hongrie. Mais dans la nuit du 11 au 12 septembre 1919, le poète nationaliste Gabriele D’Annunzio (56 ans), surnommé il Vate (« le Prophète »), fait une entrée triomphale à Fiume, une ville yougoslave à population italophone revendiquée par les nationalistes italiens. Il défile à la tête de 287 volontaires italiens, les arditi ou corps-francs, anciennes troupes d’élite de la Grande Guerre.

La veille, il a écrit à Benito Mussolini, qui est alors directeur du journal La Gazzetta del Popolo : « Mon cher camarade, le dé est jeté, je pars. Demain, je prendrai Fiume les armes à la main.
Que le Dieu de l’Italie nous assiste. Je suis fiévreux. Mais il n’est pas possible de différer. Encore une fois l’esprit domptera la chair misérable
. »

C’est ainsi que D’Annunzio installe à Fiume une dictature personnelle, mettant en scène son pouvoir : chemise noire, cri de guerre A noi (« À nous »), poignard brandi… Autant d’artifices que lui empruntera plus tard Mussolini.

Compromis

À Rapallo, les représentants de Rome et Belgrade tentent de clore cet épisode théâtral. Favorable à l’Italie, le traité dont ils conviennent offre quelque réconfort aux « irrédentistes » désireux de rattacher à leur pays les territoires promis par le traité de Londres. Mais D’Annunzio ne s’en satisfait pas pour autant. Il s’insurge et occupe avec ses hommes quelques îles proches de Fiume.

Le Président du Conseil italien Giovanni Giolitti demande au général Caviglia, qui a remporté la bataille de Vittorio-Venetto pendant la Grande Guerre, de mettre un terme à la rébellion. L’armée italienne attaque Fiume le 25 décembre 1920 et le poète fantasque capitule le 31 décembre suivant après un baroud d’honneur.

Brèves d’Histoire – un 10 novembre

Mort de Léonid Brejnev en 1982 et de Abel Gance en 1981

Nous allons fêter : Léon mais aussi les Juste et les Bodelin si vous en connaissez

Léon 1er réunit le concile de Chalcédoine qui affirme la double nature du Christ en une personne. Il veut de la sorte répliquer à l’empereur romain de Constantinople qui a officialisé l’hérésie monophysite en 449 au concile (ou « brigandage ») d’Éphèse. Déjà, l’Orient et l’Occident s’éloignent l’un de l’autre…

L’année suivante, en 452, le pape va au-devant d’Attila, le roi des Huns, et le convainc de rebrousser chemin sans entrer dans Rome. Il a moins de chances avec les Vandales qui pillent la Ville éternelle en 455. Le pape obtient néanmoins de Genséric, leur roi, qu’il épargne la vie des habitants.

Naissance de Martin Luther et de Ninon de Lenclos

10 novembre 1630
Richelieu et la « Journée des Dupes »

Un cardinal à poigne

À la tête du Conseil du roi, ou Conseil d’En Haut, depuis 1624, Armand Jean du Plessis, cardinal et duc de Richelieu, a mis au pas la noblesse, prompte aux duels et aux révoltes.

Il a aussi combattu avec efficacité les protestants de l’intérieur et leurs alliés anglais. Après le siège de La Rochelle et l’Édit d’Alès, il ne reste plus grand-chose de l’ancienne grandeur des protestants français.

Richelieu voudrait maintenant garantir la tranquillité de la France sur ses frontières. Il se dispose à combattre la maison catholique des Habsbourg qui, d’un côté, gouverne l’Espagne et, de l’autre, les États autrichiens.

Dans cette optique, il est prêt à s’allier aux protestants allemands en guerre contre l’empereur Habsbourg. 

Il couche ce projet politique sur le papier et le transmet au roi. C’est plus que n’en peut supporter le parti dévot de la Cour.

Celui-ci est regroupé autour de la reine-mère Marie de Médicis et de Gaston d’Orléans, frère cadet du roi et fils préféré de Marie de Médicis… au demeurant une tête brûlée sans trop de courage.

La reine elle-même, Anne d’Autriche, sensible aux attraits de son beau-frère, est proche de ce parti.

Le 10 novembre, en son palais du Luxembourg (l’actuel siège du Sénat), la reine-mère sermonne son fils et l’adjure de se séparer de Richelieu. Elle lui reproche en vrac de ménager les protestants, d’opprimer la noblesse et de se désintéresser du bien-être du peuple.

Vaudeville politique

Le cardinal, devant l’importance de l’enjeu, tente d’entrer dans la pièce où se déroule l’entretien. Mais Marie de Médicis a recommandé à ses huissiers d’en tenir toutes les portes fermées. Toutes ? Non. Une porte dérobée s’offre à Richelieu. Dans ses Mémoires, le cardinal raconte : « Dieu s’est servi de l’occasion d’une porte non barrée qui me donna lieu de me défendre lorsqu’on tâchait de faire conclure l’exécution de ma ruine ».

Marie de Médicis plus tard dira : « Si je n’avais pas négligé de fermer un verrou, le cardinal était perdu ». Il semble en fait que l’habile cardinal ait usé de son influence sur une femme de chambre pour approcher le roi. On imagine la surprise de la reine-mère quand il ouvre la porte !

Richelieu : « Je gagerai que Leurs Majestés parlent de moi ?… »« Oui ! » répond sèchement Marie de Médicis. Richelieu écoute en silence ses violents reproches puis s’agenouille devant le roi et la reine-mère et, dans une humilité calculée, baise le pan de robe de celle-ci.

Louis XIII tourne les talons et se retire à Versailles, où il possède un modeste relais de chasse (son fils Louis XIV en fera le palais que l’on connaît).

Les courtisans croient en la victoire de la reine et s’inclinent devant elle.

Là-dessus, le roi fait appeler Richelieu…

D’un naturel timide et hypocondriaque, Louis XIII déteste son ministre qui est tout son contraire, intelligent, distingué, ambitieux, travailleur… Mais en son for intérieur, il approuve sa politique, si dure soit-elle, qui préserve la France de la guerre civile et des menaces étrangères. Aussi lui renouvelle-t-il sa confiance dans l’intimité de son relais de chasse, promettant de ne jamais se séparer de lui, en quoi il tiendra parole.

Un courtisan, Bautru, comte de Serrant, prononcera alors une phrase promise à la postérité : « C’est la journée des dupes ! »

Vainqueur du bras de fer, le cardinal obtient du roi l’éloignement de la reine-mère. Marie, qui n’a de cesse de comploter, veut s’installer dans la place forte de la Capelle, au nord de Laon. On est au bord de la guerre civile ! Mais la reine-mère doit finalement se résoudre à l’exil aux Pays-Bas.

Gaston d’Orléans, qui lorgne sur la succession de son frère, encore sans enfant à 30 ans, est aussi contraint de quitter la Cour.

Au nom de la « raison d’État », et avec le soutien du roi, Richelieu peut désormais mener la guerre comme il l’entend. Il apporte d’abord un appui larvé aux protestants dans la guerre religieuse qui ravage l’Allemagne et restera connue sous le nom de Guerre de Trente Ans.

Enfin, il déclare la guerre à l’Espagne et s’engage directement dans le conflit. Celui-ci aboutira aux traités de Westphalie et à la marginalisation de l’Allemagne pour deux siècles.

Marie de Médicis, une reine encombrante

Marie de Médicis, veuve d’Henri IV, a donné le jour à un roi, Louis XIII, mais aussi à deux reines, Henriette de France, épouse du roi d’Angleterre Charles Ier, et Elisabeth de Bourbon, épouse du roi d’Espagne Philippe IV, et une duchesse de Savoie, Christine. Elle n’a pas pour autant un grand sens de la politique…

Après beaucoup de pérégrinations et de tracas, l’ex-régente meurt le 3 juillet 1642, à 69 ans, à Cologne, dans une maison prêtée par le peintre Rubens qui réalisa pour elle, au temps de sa splendeur, une superbe suite de tableaux, aujourd’hui au Louvre.

Au fil des jours – septembre – Fructidor

 

« des fruits que le soleil dore & mûrit d’août en septembre »,

Le 04/09/2020 correspond au 17 Fructidor An CCXXVIII – 228

 fêtons  : –  Rosalie – Moïse et Iris – pensons à Rhuddlad si nous en rencontrons

Dictons du jour 

  • Quand il pleut pour les quatre temps, il faut piquer les boeufs et les juments.

Ça s’est passé un 4 septembre :  parce que  l’Histoire explique le  présent

  • 4 septembre 476 : Fin de l’Occident romain  ici

  • 4 septembre 1843 : Drame familial à Villequier   mort de Léopoldine Hugo

  • 4 septembre 1768 Naissance de François René de Chateaubriand à Saint Malo

 

 

Au fil des jours – septembre – Fructidor

 

« des fruits que le soleil dore & mûrit d’août en septembre »,

Le 01/09/2020 correspond au 14 Fructidor An  CCXXVIII – 228

 fêtons  : –  Gilles – Constance – Douceline et Nivard si nous en connaissons

Dictons du jour 

  • Pluie de septembre, joie du paysan.
  • S’il fait beau à la saint Gilles, cela durera jusqu’à la saint Michel.

Ça s’est passé un 31 août  :  parce que  l’Histoire explique le  présent

  • 1er septembre 1715 : Mort de Louis XIV, avènement de Louis XV
  • 1er septembre 1863 : La Journée des Princes
  • 1er septembre 1970 à Paris  mort François Mauriac

François Mauriac

11 octobre 1885 à Bordeaux – 1er septembre 1970 à Paris

Biographie François Mauriac

François Mauriac, fils d’un riche propriétaire de la forêt landaise, se lance à Paris dans la carrière littéraire avec les encouragements de Maurice Barrès. Écrivain engagé qui affiche haut et fort sa foi catholique, il s’en veut d’être né, selon ses mots, dans le « camp des injustes »..

Mauriac acquiert la gloire littéraire avec Le Baiser au lépreux et surtout Thérèse Desqueyroux, histoire d’une femme qui, lassée des conventions sociales de son milieu, tente d’empoisonner son mari. Il entre à l’Académie française dès 1933 et reçoit le prix Nobel de littérature en 1952. Journaliste polémiste, son Bloc-Notes dans L’Express puis au Figaro Littéraire reste un témoignage exceptionnel sur la politique de son temps.

 

Balzac casseur de vitres

Au début de l’année 1880, tout Paris fut occupé du vol étrange commis au Palais-Royal, au préjudice du bijoutier Fontana

Il avait été perpétré par un audacieux filou qui, en plein jour, s’était emparé d’une rivière de diamants en cassant la vitre derrière laquelle elle était exposée.

Honoré de Balzac

Le journal le Sport profita de l’occasion pour rappeler que dans ce même Palais-Royal, Balzac en fit autant un jour, non pour s’approprier le bien d’autrui, mais pour saisir une contrefaçon d’un de ses ouvrages qu’il venait d’apercevoir à la vitrine d’un libraire. Naturellement une discussion s’ensuivit, à la suite de laquelle on alla chercher le commissaire de police.

Devant lui, Balzac, sans se nommer d’abord, expliqua que ce n’était pas par maladresse, mais avec intention qu’il avait cassé la vitre, dont il remit immédiatement le prix au libraire ; puis il compléta ainsi ses explications :

« Voici un livre, c’est un roman de Balzac que M. Werdet seul a le droit d’imprimer. Lisez sur la couverture, et, au lieu de son nom, vous trouverez Méline, éditeur. Ce M. Méline est un libraire de Bruxelles qui ne contribue pas peu à ruiner le commerce français, un des gros bonnets de la contrefaçon. Monsieur, auquel j’ai cassé un carreau, en vendant des contrefaçons belges, est donc en contravention, et c’est une affaire dont les tribunaux auront à décider. Seulement, il était indispensable d’avoir les pièces du procès, et c’est pour cela que j’ai pris la liberté de vous envoyer chercher. Je suis M. de Balzac. »

Sur ce, il se retira tranquillement, laissant le libraire ébahi aux mains du commissaire de police, qui n’avait plus qu’à pratiquer sa saisie.

Au fil des jours – Brèves d’histoire 17-7-20

28 Messidor An CCXXVIII :  C’est la fête   à   Charlotte, Alexis sans oublier Euphrasie

Charlotte est l’aînée de seize carmélites de Compiègne qui furent guillotinées à Paris, sur la place de la Nation, le 17 juillet 1794, quelques jours avant la mort de Robespierre et la fin de la Grande Terreur. Leurs cendres reposent dans l’émouvant cimetière de Picpus.

17 juillet 1429 Charles VII est sacré à Reims

Grâce à la jeune Jeanne d’Arc, qui a voulu ce sacre, celui que l’on surnommait avec mépris le « petit roi de Bourges » devient dès lors le seul roi légitime des Français, au grand dam des Anglais.

et il y aurait beaucoup à dire sur Jeanne D’Arc mais là n’est pas le propos

17 juillet 1453 : La guerre de Cent Ans prend fin à Castillon

17 juillet 1863 : Fondation de la Croix-Rouge par Henri Dunant

Avec quatre amis genevois, le banquier Henry Dunant crée le 17 juillet 1863 une organisation internationale et neutre destinée à secourir les victimes de guerre, le Comité International de la Croix-Rouge  (CICR). Une conférence internationale aboutit à la signature le 22 août 1864 de la première Convention de Genève « pour l’amélioration du sort des militaires blessés dans les armées en campagne ».

L’idée lui en est venue en visitant quatre ans plus tôt le champ de bataille de Solferino, à l’occasion d’un voyage d’affaires. Alors âgé de 31 ans, le banquier genevois s’indigne du sort fait aux blessés et organise de premiers secours. De retour à Genève, il lance un appel à l’opinion européenne dans un livre intitulé&nbs;: Un souvenir de Solferino. Lui-même s’en entretient avec l’empereur Napoléon III.

Dicton du jour

À la saint Alexis, foin occis

Au fil des jours – Brèves d’histoire 9-7-20

20 Messidor An CCXXVIII :  C’est la fête   à   Augustin Amandine et Pauline et on n’oublie pas Hérombert ni Procule  chère à Fernand Raynaud.

9 juillet 1762 : Avènement de Catherine II

Le 9 juillet 1762, trois régiments de la garde du tsar Pierre III se révoltent contre leur maître et prêtent serment de fidélité à son épouse, Catherine, «pour la défense de la foi orthodoxe et pour la gloire de la Russie».

Leur révolte est animée par le propre amant de la reine, Grégoire Orlov…e tsar abdique dès le lendemain. Il meurt une semaine plus tard dans sa retraite, sans doute tué par l’un des frères Orlov dans une querelle d’ivrognes. Ainsi débute le règne immense de Catherine II la Grande.  Et suite ICI

9 juillet 1516 : sentence contre
des chenilles et des mulots causant
des dégâts dans le territoire de Troyes

Naissance

Hassan II

9 juillet 1929 à Rabat (Maroc) – 23 juillet 1999 à Rabat (Maroc)

Dicton du jour

Avec sainte Procule, arrive la canicule.