Si j’étais – Comme une parole de chanson

semaine 3/18 chez Khanel 

Ce n’est qu’un point de poésie
Dans le ciel des matins de pluie
Le satin rose de ta peau
Que je caresse avec des mots
C’est un baiser un peu futile
Dans un tendre matin d’avril
C’est une bouteille à la mer
Une oasis dans le désert

Une chanson
C’est trois fois rien une chanson
C’est du champagne un frisson
Une chanson
Une chanson
A quoi ça sert une chanson
Ça dure à peine une saison
Une chanson

Ce n’est qu’un point dans l’infini
Un petit bout de mélodie
Que l’on invente sur un piano
Et qu’on habille avec des mots
C’est un prénom sur une page
Un jour un mois juste une image
Et dans le fleuve d’aujourd’hui
C’est sûrement toute ma vie

Une chanson
C’est trois fois rien une chanson
C’est du champagne un frisson
Une chanson
Une chanson
C’est peu de choses une chanson
Mais dis-moi c’que nous ferions
S’il n’y avait plus de chansons

Une chanson
C’est trois fois rien une chanson
C’est du champagne un frisson
Une chanson
Une chanson
C’est peu de chose une chanson
Mais dis-moi c’que nous ferions
S’il n’y avait plus de chansons

Charles Dumont

Expressions pittoresques – 1/18

logo-Un-air-d-ecriture2BBB

Voilà je démarre ce jeu et c’est avec plaisir que j’accueillerai vos billets…

Trois pelés,  un tondu

Ah que voilà une expression qui mérite que l’on s’y intéresse…

Elle contient deux informations capitales : le nombre de personnes est très réduit et ces personnes sont sans intérêt.

Penchons nous d’abord sur le nombre : trois plus un font quatre,  soit très peu pour une réunion de grande importance. On trouve aussi la forme quatre pelés et trois tondus, ce qui fait sept mais cela ne change rien au bide de la soirée.

Scrutons la littérature du XVIe  et particulièrement François Rabelais, on lui trouve l’expression « trois teigneux et un pelé » et plus tard à la fin du XVIIIe,  l’expression est apparue sous la forme « trois tondus et un pelé » ce qui ne change rien vous en conviendrez, ni au nombre ni  au dédain dont ils sont victimes. Si on ajoute qu’en ancien français un pelé est dans un sens métaphorique péjoratif, un avare, une canaille, un miséreux cela en fait un personnage peu fréquentable.

 

Revenons à Rabelais, médecin à Lyon qui avait à soigner des « pelés » soient des malades atteints de la pelade qui affecte le cuir chevelu, maladie soupçonnée d’être contagieuse. Les tondus étaient atteints de dermatose parasitaire du cuir chevelu due à la teigne. Pourquoi a-t-il choisi ces malades plutôt que les cholériques, pestiférés ou les pouilleux, l’histoire ne nous le dit pas.

 

logo guignol

vos liens

Lady Marianne 

 

Expressions pittoresques – règles du jeu

Voilà je reprends l’idée de Violette Dame Mauve. Un logo offert par Lady Marianne et vous proposez un dicton ou  une expression pittoresque de notre belle langue française et vous aurez l’embarras du choix. Vous pouvez développer si vous le souhaitez ou illustrer selon votre envie.

Alors c’est simple vous publier  chaque semaine le jeudi en mettant votre lien sous cet article.

Je mets la récap avec vos liens le jeudi avant midi.  A vos claviers !

le logo

logo-Un-air-d-ecriture2BBB

 

pour cette semaine exceptionnellement vous pourrez mettre vos liens jusqu’à demain soir.

 

Chantons français – 4/18 Yves Duteil

on l’avait un peu oublié mais il revient avec un nouvel album. Les attentats dans notre pays lui a donné l’impulsion pour écrire de nouvelles chansons… en attendons voici

Yves Duteil  est le parrain de l’association Votre école chez vous, qui propose une scolarité complète à domicile pour les enfants malades ou handicapés et offre ce suivi scolaire aux enfants blessés de la vie. Il est membre d’honneur de l’association Alliance Anticorrida , qui œuvre pour la protection des mineurs, la suppression des blessures et mutilations infligées aux animaux utilisés au cours de spectacles taurins et l’abolition des corridas. Yves Duteil est également le président de l’Association A.P.R.E.S. (Assistance aux Populations et Réhabilitation des Espaces Sinistrés), qu’il a fondée avec son épouse, Noëlle Duteil. A.P.R.E.S. a construit  en résidence située au sud de Pondichéry (Inde) pour offrir un nouvel avenir aux enfants les plus défavorisés des castes Intouchables, et leur permettre d’accéder à l’enseignement. Cela mérite d’être dit ! 

et puis hier c’était ça ! 

Imagecitation- 35 –

Donner la parole à une escalier et il vous contera des secrets…

P5070069

Puisqu’ enfin on me donne la parole, je vais pouvoir m’épancher en toute quiétude.

Comment…? Un escalier ne parle pas ? Mais si, mais si. Je suis très très vieux et je peux vous dire que j’ai déjà bien vécu.

J’ai été construit il y a bien longtemps, au temps gallo-romain et je suis en colimaçon sans vis centrale. Je suis rare. Aucun ingénieur n’a pu retrouver le secret de ma construction. Pourtant, j’ai entendu dire qu’il existait des escaliers à double montée, à Blois puis à Versailles. Cela ne se peut pas… Enfin peut-être après tout…

Ah.., je peux dire que j’en ai vu du monde, une vraie galerie de portraits.

Ainsi, le monsieur qui avait tant de mal à grimper les marches parce qu’il avait un petit coup dans le nez ;  il trébuchait sur mes marches pourtant usées. Assis sur le paillasson gratouilleux, il frappait à la porte de l’appartement en hurlant « Minette, ouvre-moi » avant que la concierge ne vienne à son tour. Et je ne parlerai pas des fois où l’estomac trop chargé, il se soulageait dans le recoin de la dernière marche.Il y avait aussi la petite fille qui jouait à cache-cache, et qui montait et descendait en sautillant avec joie et vitalité jusqu’à faire un saut maladroit qui lui valut une vilaine entorse. Ah… que j’eus de la peine pour elle quand elle dut, durant quinze jours, boiter en gémissant de douleur.Et que dire des chats qui profitaient des ouvertures à l’air libre pour s’étendre et s’étirer dans les rayons du soleil qui réchauffait mes vieilles pierres. Parfois, ils laissaient l’odeur piquante de leur passage et là, on me badigeonnait d’eau de javel… Elle ignorait la brave dame qui nettoyait et frottait, que les chats sont très attirés par l’eau de javel !
Oh chut…, j’entends le grésillement du machinphone, ce truc qui fait que maintenant plus personne ne peut pénétrer dans mon hall sans être identifié : c’est dommage, plus de rencontre fortuite…

texte que j’avais écrit il y déjà quelque temps pour les Poudreurs d’escampette