Au fil des jours – août – Thermidor

Histoire du mois d’août

Avant Auguste, empereur romain, ce mois était nommé Sextilis, parce qu’il avait été autrefois le sixième mois de l’année ; il fut désigné depuis sous le nom d’Augustus par les Romains, et ce mot, dénaturé, est arrivé jusqu’à nous, réduit successivement, par les contractions, à cette seule syllabe, oût.

Le plébiscite et le sénatus-consulte qui autorisèrent à Rome le changement de nom, ont été conservés par Macrobe et Dion ; les motifs allégués par ces auteurs se rattachent aux principaux événements de la vie d’Auguste, tels que son premier consulat, ses trois triomphes, la conquête d’Egypte, la fin des guerres civiles, accomplis dans le cours du huitième mois de l’année. Plus tard Néron, par imitation, voulait faire appeler le mois d’avril Neroneus, mais cette tentative n’a pas été sanctionnée par la postérité.

Les Grecs célébraient pendant ce mois, dans la forêt de Némée, les jeux néméens, institués par Hercule. A Rome, on célébrait, au jour des Ides, la fête des esclaves et des servantes, en mémoire de la naissance de Servius Tullius, fils d’un esclave. Dans le même mois on crucifiait un chien ; il paraît que cet usage se rapportait à la prise du Capitole : c’était un anathème contre le silence des chiens, dont la vigilance fut en défaut ce jour-là. 

Le calendrier s’est imposé dans l’administration jusqu’en 1806 avant d’être jeté aux oubliettes par Napoléon Ier. Il en reste une litanie poétique inspirée par les saisons et la vie rurale, tout droit sortie de l’imagination de François Fabre d’Églantine, poète et politicien prévaricateur. Explorons-la pour le plaisir des sonorités…

Thermidor : il tirait son nom « de la chaleur tout à la fois solaire et terrestre qui embrase l’air de juillet en août 

Le 16 août  2019 correspond au 29 Thermidor An CCXXVII  (227)

 fêtons  : Armelle, Ambroise , embrassons Hugoline, Etienne et Béatrice et rendons hommage à Roch et Théodule

Dictons du jour 

  • De saint Roch la grande chaleur, prépare du vin la couleur.
  • Après saint Roch, aiguise ton soc.

Ça s’est passé un 16 août  :  parce que  l’Histoire explique le  présent

  • 16 août 1790 : Une justice démocratique… et sans lendemain

À Paris, par le décret du 16 août 1790, les députés de l’Assemblée constituante abolissent la justice coûteuse et compliquée de l’Ancien Régime, avec ses parlements, ses tribunaux de bailliages,… Au nom du principe de séparation des pouvoirs popularisé par Montesquieu, ils instituent des magistrats élus par les citoyens actifs.

– Chaque canton a un juge de paix élu pour deux ans.
-Chaque district un tribunal de première instance et chaque département un tribunal criminel. Dans ce dernier, un jury d’accusation de 8 membres décide s’il y a lieu de poursuivre l’accusé et un jury de jugement de 12 membres décide de la peine à appliquer.
Les juges de district siègent aussi dans les tribunaux criminels. Ils sont élus pour 6 ans et obligatoirement choisis parmi les hommes de loi.
– Dans la capitale, un tribunal de cassation veille à la conformité des jugements.

Les députés prévoient par ailleurs d’uniformiser les peines pour tous les citoyens, sans distinction de classe sociale (c’est ainsi que la mort est pour tous les condamnés donnée par la guillotine).

Cette justice démocratique, efficace et peu coûteuse révélera de grandes qualités pendant les quelques mois que durera l’Assemblée législative. Elle disparaîtra avec cette dernière.

  • 16 août 1977 : mort l’Elvis Presley le King

La quintessence de la sapience – 33/19

J’ai été très occupée la semaine dernière pas mes muchachos et encore un peu cette semaine mais je publie toutes les expressions que vous avez bien voulu nous faire partager… Elles sont sympas comme tout.

Avoir de la venette

Une étymologie faisait autrefois venir le mot venette des Vénètes, peuple d’Italie qui, obligé de fuir devant le conquérant Attila, fonda Venise ; l’autre, qui est de Littré, le dérive de venevesne, vieux substantif français tombé en désuétude, et qui, pour cette raison, brave mieux l’honnêteté que son synonyme dans la langue moderne.

Quoi qu’on ait pu dire en faveur de la première, elle n’a aucun fondement ; car le mot venette ne se trouvant ni dans Furetière (1727), ni dans Trévoux (1770), ni dans le Dictionnaire de l’Académie de 1835, il n’est pas à croire qu’un événement arrivé sur l’Adriatique au Ve siècle ait pu donner lieu, chez nous, à une expression qui ne date guère que du nôtre.

Ci après devise comment le bon veneur doit chasser et prendre le lièvre à force. Enluminure extraite du Livre de chasse composé entre 1387 et 1389 par Gaston Fébus
Ci après devise comment le bon veneur doit chasser et prendre le lièvre à force.
Enluminure extraite du Livre de chasse composé entre 1387 et 1389 par Gaston Fébus

La seconde est sans doute plus sérieuse ; mais ce n’est pas encore la vraie. En effet, si venette est le diminutif de vene, il doit se construire avec les mêmes verbes que le synonyme de ce dernier. Or, on n’emploie pas et l’on n’a jamais employé donner et avoiravec le synonyme en question : ce synonyme n’a jamais été que le complément du verbe faire ou d’un verbe de sens analogue. Par conséquent, venette ne peut non plus venir de vene.

Voici comment, semble-t-il, a été formé le mot dont il s’agit : au commencement du XVIIIesiècle, nous avions le verbe vener (latin venari) dans le sens de chasser ; ce verbe s’appliquait aux animaux de boucherie, veaux, bœufs, etc., que l’on faisait courir, paraît-il, pour qu’ils eussent la chair plus tendre : « À Rome et en Angleterre, on a coutume de vener les bœufs » (Dictionnaire de Furetière)

Ce même verbe s’employait en parlant des personnes. On disait de quelqu’un qu’il avait été bien vené, pour signifier qu’on l’avait bien fait courir, qu’on lui avait bien donné de l’exercice. Or, c’est de vener qu’on a fait venette, comme de amuserserinerdeviner, etc., on a fait amusetteserinettedevinette. De même qu’aujourd’hui, on disait alors donner la chasse à quelqu’un, ainsi que le montrent ces exemples : « L’aigle donnait la chasse à maître Jean Lapin » (Fables de La Fontaine, livre II, fable 8) ; « M. de Grignan donnera la chasse à ces démons » (Lettres de Madame de Sévigné) ; « Il donne la chasse aux vices » (Discours sur l’union de Jésus-Christ avec son épouse. Comment Jésus-Christ est-il l’époux des âmes dans l’oraison de Bossuet).

Une fois qu’on eut créé venette, on dit, par analogie, donner la venette à quelqu’un, pour signifier lui donner la chasse. Mais l’animal qu’on vène a évidemment peur, puisqu’il fuit, et la personne que l’on poursuit de la même manière a peur également : on a appliqué le nom de la cause à l’effet (ce qui se pratique souvent pour étendre le sens des mots), et venettes’est employé pour frayeur, peur, alarme.

monica :  être le dindon de la farce et aussi  » Le coffre fort ne suivra pas le corbillard »

TOrtue :« Rentrer dans sa coquille »  et une colère née d’une provocation reste souvent dans la rancune et la douleur. » Bihmane Belattaf

Lady Marianne : C‘est le fils de la poule blanche et Apothicaire sans sucre

 

La photo du mois – Mythes et Mythologie

Ah moi, je l’ai connue la mite au logis. elle m’a enquiquiné pendant des mois et pas possible de s’en débarrasser. Quand un demi citron planté de clous de girofle à fait plus de force et que rage. je suis donc allé prié Artémis qui depuis longtemps est ma déesse préférée.

Artémis était une des grandes divinités grecques, qui sera identifiée plus tard avec Diane des Romains.
En réalité, il y eut sous ce nom plusieurs divinités très différentes : Artémis hellénique était une déesse lunaire; fille de Zeus et de Lètô, sœur jumelle d’Apollon, dont elle était l’équivalent féminin; elle était souvent associée à ses exploits. Ils naquirent tous deux à Délos. 
Elle fait partie des douze Olympiens et elle participa activement au combat contre les Géants. (photo de mon voyage en 2007 à Ephèse)

août 19

Akaieric, Alexinparis, Amartia, Betty, Blogoth67, Brindille, Cara, Christophe, Céline in Paris, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Travelparenthesis, Who cares?, Xoliv’, écri’turbulente.

Au fil des jours – août – Thermidor

Histoire du mois d’août

Avant Auguste, empereur romain, ce mois était nommé Sextilis, parce qu’il avait été autrefois le sixième mois de l’année ; il fut désigné depuis sous le nom d’Augustus par les Romains, et ce mot, dénaturé, est arrivé jusqu’à nous, réduit successivement, par les contractions, à cette seule syllabe, oût.

Le plébiscite et le sénatus-consulte qui autorisèrent à Rome le changement de nom, ont été conservés par Macrobe et Dion ; les motifs allégués par ces auteurs se rattachent aux principaux événements de la vie d’Auguste, tels que son premier consulat, ses trois triomphes, la conquête d’Egypte, la fin des guerres civiles, accomplis dans le cours du huitième mois de l’année. Plus tard Néron, par imitation, voulait faire appeler le mois d’avril Neroneus, mais cette tentative n’a pas été sanctionnée par la postérité.

Les Grecs célébraient pendant ce mois, dans la forêt de Némée, les jeux néméens, institués par Hercule. A Rome, on célébrait, au jour des Ides, la fête des esclaves et des servantes, en mémoire de la naissance de Servius Tullius, fils d’un esclave. Dans le même mois on crucifiait un chien ; il paraît que cet usage se rapportait à la prise du Capitole : c’était un anathème contre le silence des chiens, dont la vigilance fut en défaut ce jour-là. 

Le calendrier s’est imposé dans l’administration jusqu’en 1806 avant d’être jeté aux oubliettes par Napoléon Ier. Il en reste une litanie poétique inspirée par les saisons et la vie rurale, tout droit sortie de l’imagination de François Fabre d’Églantine, poète et politicien prévaricateur. Explorons-la pour le plaisir des sonorités…

Thermidor : il tirait son nom « de la chaleur tout à la fois solaire et terrestre qui embrase l’air de juillet en août 

Le 15 août  2019 correspond au 28 Thermidor An CCXXVII  (227)

 fêtons  : Marie, Myriam, Magali Mireille et tous les dérivés de ce prénom mais n’oublions pas d’embrasser et de rendre hommage à Isidore, Tarcisius  Ardouin Aymon

Dictons du jour 

  • Le 15 août le coucou perd son chant, c’est la caille qui le reprend.
  • Pluie de l’Assomption, huits jours de mouillon.

Ça s’est passé un 15 août  :  parce que  l’Histoire explique le  présent

  • 15 août 1785 : l’affaire du « Collier de la reine »donne lieu à l’arrestation du cardinal de Rohan à Versailles  voir ICI

  • 15 août 1914 : inauguration du canal de Panama
  • 15 août 30 av. J.-C. : Fin théâtrale de Cléopâtre. Cléopâtre VII disparaît de façon théâtrale. À 39 ans, la reine d’Égypte entre dans la légende. voir ICI
  • 15 août 1969 : le festival de Woodstock
  • 15 août 778 : Roland meurt à Roncevaux

Le 15 août 778, une armée franque est attaquée par des montagnards basques dans le col de Roncevaux, dans les Pyrénées occidentales.

L’armée, sous le commandement du roi Charles 1er, futur empereur Charlemagne, revient d’une expédition contre les musulmans d’Espagne.

Au passage des Pyrénées, les hommes et les bêtes empruntent en file indienne le col de Roncevaux aux pentes escarpées.

Les montagnards de la région, des Basques insoumis, profitent de la situation pour attaquer et piller une colonne de ravitaillement, à l’arrière-garde de l’armée. Ils se dispersent aussitôt sans laisser au roi le temps de se retourner.

Cet incident est signalé dans les Annales royales, chronique du règne de Charlemagne où l’on évoque la mort de quelques nobles dont le comte Roland, obscur préfet de la marche de Bretagne.

Trois siècles plus tard, les troubadours, poètes itinérants, se saisissent de ce fait militaire sans importance et lui donnent une dimension épique. Ce sera la Chanson de Roland, plus célèbre poème du Moyen Âge.

Au fil des jours – août – Thermidor

Histoire du mois d’août

Avant Auguste, empereur romain, ce mois était nommé Sextilis, parce qu’il avait été autrefois le sixième mois de l’année ; il fut désigné depuis sous le nom d’Augustus par les Romains, et ce mot, dénaturé, est arrivé jusqu’à nous, réduit successivement, par les contractions, à cette seule syllabe, oût.

Le plébiscite et le sénatus-consulte qui autorisèrent à Rome le changement de nom, ont été conservés par Macrobe et Dion ; les motifs allégués par ces auteurs se rattachent aux principaux événements de la vie d’Auguste, tels que son premier consulat, ses trois triomphes, la conquête d’Egypte, la fin des guerres civiles, accomplis dans le cours du huitième mois de l’année. Plus tard Néron, par imitation, voulait faire appeler le mois d’avril Neroneus, mais cette tentative n’a pas été sanctionnée par la postérité.

Les Grecs célébraient pendant ce mois, dans la forêt de Némée, les jeux néméens, institués par Hercule. A Rome, on célébrait, au jour des Ides, la fête des esclaves et des servantes, en mémoire de la naissance de Servius Tullius, fils d’un esclave. Dans le même mois on crucifiait un chien ; il paraît que cet usage se rapportait à la prise du Capitole : c’était un anathème contre le silence des chiens, dont la vigilance fut en défaut ce jour-là. 

Le calendrier s’est imposé dans l’administration jusqu’en 1806 avant d’être jeté aux oubliettes par Napoléon Ier. Il en reste une litanie poétique inspirée par les saisons et la vie rurale, tout droit sortie de l’imagination de François Fabre d’Églantine, poète et politicien prévaricateur. Explorons-la pour le plaisir des sonorités…

Thermidor : il tirait son nom « de la chaleur tout à la fois solaire et terrestre qui embrase l’air de juillet en août 

Le 14 août  2019 correspond au 27 Thermidor An CCXXVII  (227)

 fêtons  : Maximilien et Eusèbe  embrassons   Arnold et Evrard puis    rendons hommage à Ursicin et Fachanan

Dictons du jour 

  • À la saint Eusèbe, ponte de poule est faible.
  • Temps trop beau en août, annonce hiver en courroux.

Ça s’est passé un 14 août  :  parce que  l’Histoire explique le  présent

  • 1893 : Louis Lépine, préfet de police de Paris, instaure le permis de conduire dans Paris.
  • 14 août 1941 : La Charte de l’Atlantique
    Le 14 août 1941, tandis que l’Angleterre résiste seule à l’Allemagne nazie et que celle-ci vient d’envahir l’URSS, le président des États-Unis Franklin Delano Rooseveltet le Premier ministre britannique Winston Churchill se rencontrent à bord du navire de guerre Prince of Wales « quelque part en mer », au large de Terre-Neuve.

    Ils proposent une série de principes moraux devant guider les puissances démocratiques et garantir le rétablissement durable de la paix :
    • refus de tout agrandissement territorial,
    • droit des peuples à choisir leur forme de gouvernement,
    • libre accès de chacun aux matières premières,
    • liberté des mers,
    • renonciation à la force !

    Le président américain veut de la sorte préparer son opinion publique, encore très réticente, à une entrée en guerre contre l’Allemagne, aux côtés de l’Angleterre et de l’URSS.

    Principes virtuels

    Le document signé par les deux dirigeants est connu sous le nom de Charte de l’Atlantique. Il est à l’origine de la charte des Nations Unies.

    Mais il semble que les généreux principes de la Charte aient été contournés dès l’année suivante, lors de la signature du traité d’assistance anglo-soviétique de Londres, le 26 mai 1942. Par ce traité d’alliance entre le Secrétaire aux Affaires étrangères Anthony Eden et son homologue soviétique Viatcheslav Molotov, le premier concède au second le droit à un glacis de sécurité et à des frontières stratégiques.

    De fait, la Charte de l’Atlantique est évoquée à la conférence de Yalta, en février 1945, mais seulement pour la forme, les participants de ladite conférence – Staline le premier – n’ayant eu aucune intention de renoncer aux agrandissements territoriaux ni de laisser aux peuples le droit de choisir leur forme de gouvernement.

Au fil des jours – août – Thermidor

Histoire du mois d’août

Avant Auguste, empereur romain, ce mois était nommé Sextilis, parce qu’il avait été autrefois le sixième mois de l’année ; il fut désigné depuis sous le nom d’Augustus par les Romains, et ce mot, dénaturé, est arrivé jusqu’à nous, réduit successivement, par les contractions, à cette seule syllabe, oût.

Le plébiscite et le sénatus-consulte qui autorisèrent à Rome le changement de nom, ont été conservés par Macrobe et Dion ; les motifs allégués par ces auteurs se rattachent aux principaux événements de la vie d’Auguste, tels que son premier consulat, ses trois triomphes, la conquête d’Egypte, la fin des guerres civiles, accomplis dans le cours du huitième mois de l’année. Plus tard Néron, par imitation, voulait faire appeler le mois d’avril Neroneus, mais cette tentative n’a pas été sanctionnée par la postérité.

Les Grecs célébraient pendant ce mois, dans la forêt de Némée, les jeux néméens, institués par Hercule. A Rome, on célébrait, au jour des Ides, la fête des esclaves et des servantes, en mémoire de la naissance de Servius Tullius, fils d’un esclave. Dans le même mois on crucifiait un chien ; il paraît que cet usage se rapportait à la prise du Capitole : c’était un anathème contre le silence des chiens, dont la vigilance fut en défaut ce jour-là. 

Le calendrier s’est imposé dans l’administration jusqu’en 1806 avant d’être jeté aux oubliettes par Napoléon Ier. Il en reste une litanie poétique inspirée par les saisons et la vie rurale, tout droit sortie de l’imagination de François Fabre d’Églantine, poète et politicien prévaricateur. Explorons-la pour le plaisir des sonorités…

Thermidor : il tirait son nom « de la chaleur tout à la fois solaire et terrestre qui embrase l’air de juillet en août 

Le 13 août  2019 correspond au 26 Thermidor An CCXXVII  (227)

 fêtons  : Hippolyte   embrassons Philomène, Irène et Gertrude  puis    rendons hommage à Radegonde, Bénilde et Liutof

Dictons du jour 

  • Le temps du 13 août, dure quatre jours.
  • S’il pleut le jour de sainte Radegonde, la misère s’abat sur le monde.

Ça s’est passé un 13 août  :  parce que  l’Histoire explique le  présent

  • 13 août 1624 : Richelieu chef du Conseil du roi :

    Le 13 août 1624, Richelieu devient le chef du Conseil du Roi. Le cardinal entreprend de discipliner la noblesse et la met au service du roi.

    Il réoriente la diplomatie dans le sens de l’intérêt national. Il combat le fanatisme religieux lorsque celui-ci sert les ennemis de la France. C’est aussi bien le fait des catholiques, groupés autour de la reine et favorables à l’Espagne, que des protestants de la Rochelle qui appellent les Anglais à leurs côtés.

  • 13 août 1899 : naissance d’Alfred Hitchcock à Londres (Royaume-Uni) – 29 avril 1980 à Los Angeles (Etats-Unis)Biographie Alfred Hitchcock

    Le cinéaste Alfred Hitchcock a transposé au cinéma la magnifique tradition britannique du récit policier illustrée par sir Arthur Conan Doyle et Agatha Christie.

  • 13 août 1826 : mort du médecin René-Théophile-Hyacinthe Laennec, inventeur du stéthoscope  voir l’article ici
  • 13 août 1926 : naissance de Fidel Castro à Biran (Cuba) – 25 novembre 2016 à La Havane (Cuba)Biographie Fidel Castro

    Fils d’un riche planteur cubain, Fidel Castro se lance très jeune dans l’action politique. Désireux de renverser le dictateur Batista, il attaque le 26 juillet 1953 la caserne de Moncada, à Santiago-de-Cuba. Arrêté, il est condamné à 15 ans de prison.

    Libéré dès 1954 à la faveur d’une amnistie, il se réfugie au Mexique où il fonde le « Mouvement du 26 juillet » ! Dès le 2 décembre 1956, il revient clandestinement à Cuba avec une troupe de fidèles. La plupart sont tués. Les rescapés, au nombre de douze, prennent le maquis dans la Sierra Maestra. Parmi eux le populaire Ernesto Guevara, un jeune médecin argentin surnommé le Che (l’Homme).

    De plus en plus de jeunes Cubains, exaspérés par la corruption du régime, rejoignent les insurgés. L’insurrection s’étend jusqu’à contraindre Fulgencio Batista à la fuite le 1er janvier 1959. Fidel Castro et ses « barbudos » entrent à La Havane en triomphe et le 17 février 1959, Fidel devient premier ministre avec un pouvoir quasi-dictatorial…

    Sans attendre, le guerillero nationalise les grandes plantations sucrières. Ses options socialistes lui aliènent la sympathie des États-Unis et l’amènent à s’aligner sur l’Union Soviétique. Cuba devient ainsi le premier pays communiste de l’hémisphère occidental. Castro lui-même va conserver le pouvoir jusqu’en février 2008, figeant l’île dans un système étatique et autoritaire d’un autre âge.