Le mot mystère – 18 – histoire de chien

Anagramme à partir du mot VILIPENDER

Qu’allait-elle devenir ? Elle avait été abandonnée là dans la pinière qu’elle aimait tant ; elle où elle gambadait avec plaisir, celle où elle se roulait avec délectation. En aucun cas elle n’avait deviné le noir dessein de ce maître indigne. Pourtant, elle l’aimait, cet être. Toute petite, elle s’était accrochée à lui. Lui, un personnage très versatile : un jour des caresses, un jour le martinet. Elle n’était   qu’une chienne d’un an. D’accord, un peu parfois fofolle et faisait des sottises.

Artiste, il aime peindre des grandes toiles, pleines de couleurs. Et, Elle le regarde d’un œil vif ou assoupi. Il gesticule, crie pique des colères parce ce que parce que … Il prend souvent une bouteille pour boire à la régalade un truc qui le rend fou. Aujourd’hui, en manifestant l’ envie de sortir, elle a mis la patte dans une toile qui s’est déchirée, puis dans la palette de peinture qui lui collant aux coussinets s’étala dans toute la pièce.

Mais abandonne -t- on un chien pour de la peinture ? apparemment c’est un motif suffisant. Une fureur , le martinet et la voilà errant dans cette pinède. Elle a froid et faim ; les loups savent chasser pas elle.

Ce matin, le réveil n’a pas eu le temps de sonné. Je me suis levée, café avalé, je n’avais guère dormi. Qu’allais- je faire de cette maison maintenant que mon mec est parti. Si c’était la saison, je cueillerais de la vipérine et je ferai une bonne tisane pour cette Livie. Certes, elle était confortable mais seule elle était bien grande. Vendre ou garder. J’ai enfilé gants et bonnet, le froid mordait un peu mais une promenade me ferait du bien. Soudain, j’aperçois, un loup… Non je ne suis pas le petit chaperon rouge, un chien qui s’approche de plus en plus près. J’ai compris.

Devant la cheminée, je déguste un thé à la bergamote. Depuis ce matin, je ne suis plus seule. Elle est à mes pieds avec un regard de tendresse. Ses yeux ont la couleur de l’émeraude. Ce sera son nom.

5 commentaires sur « Le mot mystère – 18 – histoire de chien »

  1. Pour des raisons futiles, tout à fait, on adopte après ça devient un boulet pour certains et l’animal rejeté, ici ou là, espère revoir un vrai foyer, chaleureux… longue vie à Emeraude ,-)

    J'aime

Les commentaires sont fermés.