Le tableau du samedi – Anders Zorn

Je reviens juste de l’exposition Anders Zorn un peintre suédois d’un talent exceptionnel pour l’aquarelle. Il a représenté l’eau comme aucun autre peintre et surtout en aquarelle. La finesse et la justesse de son coup de pinceau est une perfection. Juste un peu souligné parfois d’un petit trait de gouache blanche placé juste là où il faut.  Un artiste qui a vécu une bonne décennie en France et qui a travaillé avec Monet et surtout Renoir pour les nus absolument merveilleux tant de pudeur que de luminosité. J’ai décidé de vous en proposer un ; mais puisque ma Lady ne souhaite (et je le comprends) une seule toile je vous invite à revenir ici sur un billet du mois d’août où j’avais débordé les règles imposées… Mais je pense ne pas en avoir terminé avec ce peintre merveilleux aquarelliste !

Résultat de recherche d'images pour "anders zorn"

et c’est tellement beau que je ne résiste pas … Toutes mes excuses ma Lady

Résultat de recherche d'images pour "aquarelle de zorn nus"

Conte du lundi – La marquise

118101251
 Antoni Caba – Portrait de la marquise de Castellflorite – 1880

La marquise sortit à cinq heures. Ce qui étonna la pauvre Nolette sa nouvelle camériste c’est qu’elle ne prit pas la peine de mettre un chapeau et ça ce n’était pas normal ; une marquise, une femme de son rang  ne sort pas en cheveux. Elle avait déjà mis tant de temps à lui arranger ce chignon et dieu que ce n’est pas facile avec ses cheveux mous, sans ressort et tout frisés. Et puis en réfléchissant bien, elle avait une robe turquoise avec un gros nœud devant et cette robe, elle ne l’avait encore jamais vu.

C’est dans ces termes que la pauvre Nolette relata en larmes  ce récit au capitaine de gendarmerie quand le lendemain matin il arriva toute sirène hurlante. On avait retrouvé un morceau de tissu bleu dans le sous bois proche du castelet du marquis de Beaumont et la marquise avait disparut.

A quelque chose malheur est bon quand on vit le soir au clair de lune, roucouler le gendarme et Nolette.

Tableau du samedi – Romana Younquist

Cette artiste américaine contemporaine (1960), peintre paysagiste, (plein air painter) de l’Oregon, se dit elle-même enfant de la nature. Elle a grandi en Oklahoma et se souvient avoir arpenté les champs et exploré les bois avec son chien tout en regardant avidement les formes et les couleurs, la lumière et les ombres. Fascinée par un ciel sombre avant l’orage, elle se précipitait chez elle pour dessiner ce qu’elle avait vu. Essentiellement autodidacte, la nature étant son meilleur professeur, quelques bourses lui ont permis d’étudier avec des peintres paysagistes. qui lui ont permis de renforcer son style individuel.

son site ICI

Romona Youngquist Portrait

48 - Romana yougquist

Conte du lundi – 85 – Croisière

Chez Lakévio :  Troisième jeu  : la lettre

L’un des personnages écrit une lettre de voyage… avant lundi !

Dean Cornwell
Illustrateur : Dean Cornwell

Ma chère Noémie

Tu me pardonneras, ma chère soeurette de ne pas t’avoir écrit depuis une semaine, mais ici sur notre bateau nous avons vécu quelque chose de merveilleux, quelque chose d’extraordinaire, quelque chose d’exceptionnel, quelque chose de sensationnel et quelque chose de terriblement triste : un crime !!! mais tellement belle pour moi.
Mais je mets la charrue avant les bœufs. Après notre dernière escale, nous avons changé de cabine sans aucune explication. Tu connais ma patronne, elle a d’abord tempêté, puis rouspété puis finalement s’est rendu à l’évidence : un cadavre avait été trouvé dans notre cabine. La femme de chambre avait été assassinée… Quel émoi sur le pont supérieur ! Chacun y allait de son explication. Il y avait du sang partout, en abondance. Les hypothèses les plus folles circulaient et la vieille dame de la cabine contiguë fut prise de malaise et transporté à l’unité médicale. Enfin il se passait quelque chose dans cette croisière trop tranquille.
Enfin, nous avons levé l’ancre et à l’heure du thé, nous étions, ma patronne et moi-même, dans le petit salon où nous avions nos habitudes discutant de l’affaire et émettant des hypothèses les plus simples et les plus folles, quand nous avons vu débarqué, un petit homme moustachu, de bien belles bacchantes soi-dit un passant, le crâne en forme d’œuf, un costume impeccable et des chaussures vernies. Il était accompagné d’un homme beau grand fort Apollon et Adonis réunis. J’ai failli tomber à la renverse. Tu connais mon cœur d’artichaut. Il se présenta comme Hercule Poirot le célèbre détective, nous présenta aussi Apollon comme son garde du corps. Il voulait nous poser quelques questions en rapport avec le meurtre perpétré sur le pont supérieur. Moi je n’avais d’yeux que pour Apollon…
Le soir, il convoqua tout le monde dans la grande salle à manger et expliqua que l’assassin avait été arrêté, il s’agissait d’un petit ami repoussé et qui dans une colère noire avait poignardé la jeune femme de chambre.
Plus tard, notre Hercule Poirot, nous conta comment il avait résolu quelques affaires célèbres : Mort sur le Nil, les trois filles et bien d’autres encore dont je ne me souviens plus tant la nuit qui suivit fut particulièrement torride…
Voilà ma chère Noémie, voilà ma soeurette, comment et pourquoi, je poursuis mon voyage… J’ai quitté ma patronne et me suis installée avec Apollon…

Je t’embrasse bien tendrement

Lily

Tableau du samedi – Krysz tof Ludvin

Un grand merci à Lakévio qui est une source de culture picturale…

Ici une aquarelle avec un magnifique bouquet aux couleurs pastels… mais il y en a beaucoup d’autres que je vous proposerai plus tard.

46 - krysztof ludvin

Voici ce qu’il écrit :

J’utilise habituellement des couleurs de base, directement à partir du bouton.Bien sûr, j’utilise aussi le ton de la terre, passionnément des pièges et des parapluies. En fait, chaque couleur que j’utilise dépend du thème. Je peins habituellement avec la technique alla prima, de droite à gauche, tenant trois pinceaux dans la main, sans utiliser d’abord le fluide de masquage. Malgré la rapidité de la technique, réaliser une telle aquarelle prend rarement 30 minutes, mais plus souvent plus de temps. Je peins souvent avec de l’imagination? Je dois m’asseoir confortablement, analyser le sujet, imaginer déjà fini, peint. Je dessine habituellement avec un crayon à l’air libre, ou avec du charbon de bois et de la craie, puis sur la base d’un dessin en noir et blanc pour créer une aquarelle dans le studio. Très souvent utilisé pour faire une peinture à l’huile. Je travaille rapidement, nerveusement, sous l’influence du rythme de la musique, qui coule de l’espace derrière mon dos. Pendant la peinture, j’éteins parfois la lumière, si c’est le soir, pour contrôler le contraste de l’image. Pourquoi mes aquarelles semblent-elles comme disent les autres, magiques? Peut-être que mon style de vie est influencé par cela. Les gens que je rencontre, les ennuis quotidiens, la vulgarité, le romantisme, la mélancolie, le cynisme, la lutte pour le temps de la peinture, l’argent pour les photos, le thé au citron, l’alcool occasionnel (pas comme la coercition mais le plaisir). cœur, amour pour les femmes, leurs âmes et leurs corps, conversations avec d’autres peintres et architectes? artistes, en échangeant des expériences avec eux, etc. (2011)

Parmi les pinceaux et les peintures est à court de temps ; et ça s’arrête quand la couleur se répand sur le papier. K. Ludwin (1986)