Des mots, une histoire chez Olivia – 11

suis un retard pour les mots récoltés par Olivia mais je pense qu’elle me pardonnera…

Sirius le chien qui pense

« Allez Sirius, on y va » dit-elle en prenant la laisse et en l’agitant presque sous ma truffe un peu sèche par ce temps de canicule. D’accord, comme tous les chiens et je dis bien les chiens car je ne suis pas un clébard des rues moi;  en général, je ne refuse pas une promenade mais là non ! et non ! Je suis Sirius, rescapé de la SPA, de bien d’autres chenils divers et variés. Elle est venue me chercher, un jour du mois de juillet là où commencent les grosses chaleurs et où il faut se méfier des rayons ardents du soleil. Mais c’était ma bonne étoile, Sirius, l’étoile dont on dit qu’elle fait partie de la constellation du chien, l’étoile qui se lève et se couche avec le soleil dans les grandes chaleurs de juillet. Dans la cuisine linguistique latine chien se dit canis ; le diminutif est canicula et on a pris l’habitude de dire canicule pour des températures élevées. Vous ne me croyez pas ? Mais je suis un expert en constellation ; ce n’est pas un conte pour endormir les enfants qui pensent approcher la lune en tendant la main.
Bon, c’est pas tout mais aujourd’hui, c’est une journée de chien ! Je ne voudrais pas vous émouvoir, vous faire pleurer dans les chaumières mais je ne suis pas d’humeur ! Et puis j’ai le poil fragile et je me brûle les coussinets ; la chaleur ne me vaut rien. Maurice, le coq du voisin va passer tout à l’heure et j’ai deux mots à lui dire ! Je ne veux plus qu’il chante aux aurores !

 

 

Des mots, une histoire chez Olivia – 9

La récolte d’Olivia : Intervenir – casque – complainte – bouquet – père – clinquant – enfance  magie

Complainte à la Boris Vian

Dans mon enfance pour faire sa cour
On parlait d’amour avec un écrin de velours
on offrait un bouquet de fleurs
garni d’un petit bonheur.
Il fallait plaire au père
Maintenant c’est plus pareil,
Pour séduire il faut un casque sur les oreilles
Et la magie opère.
Ah Mireille, viens m’embrasser et je te donnerai
Des bottes de notaire
Une moto à pot clinquant
Pour un pétaradant concert
Un blouson de cuir râpé
Pour une randonnée à Vienne
à fond les gamelles
Pour une jolie gazelle
Sans que les gendarmes n’interviennent !
Autre temps autre méthode.

 

Des mots, une histoire chez Olivia – 6

La récolte d’Olivia : Ivre, travaux, fantoche, matelot, esprit, théâtre, bicoque, allure

Un week end dans les Pyrénées

Il y avait des travaux sur la route nationale 22. Pour me rendre en Andorre, l’affaire était mal barrée surtout que j’étais en compagnie d’un matelot beau comme un dieu mais dont l‘esprit n’était finalement pas au rendez-vous et qui arborait comme un trophée son béret à pompon rouge
Il avait voulu m’embarquer pour un week-end coquin, dans la bicoque que son père lui avait léguée vers le Pas de la Caze ; bien située au demeurant dans ce massif des Pyrénées. Qui ne connait pas le col d’Envalira perd beaucoup ! C’est magnifique.
Ah, il avait belle allure le marin d’eau douce devant le panneau route barrée interdiction de franchir  ! Voilà le bellâtre ivre de rage. Le voilà qui s’agite comme un fantoche complètement désarticulé dans un théâtre de marionnettes anglais. Je ne sais si c’est à cause de la route fermée ou du week-end raté, ce qui ne me ravissait pas vraiment doutant ainsi de mon pouvoir de séduction. Nous nous en sommes allés bien marri et avons passé la soirée dans une caverne où même les ours ne viennent plus.
Ohé matelot va naviguer sur les flots

 

Des mots, une histoire chez Olivia – 6

La récolte d’Olivia : EXcellence, férié, présence, solidarité, argile, muguet cahot espérance, phlegmon, évidence

Solidarité

« En ce jour de grande solidarité, je vous remercie tous de votre présence… » S’époumone Monsieur Excellence, maître de cérémonie qui, un brin de muguet à la boutonnière cherche à capter l’attention des administrés de sa commune. En ce jour férié, on allait dévoiler le monument d’intérêt public qui allait redorer le blason de la commune et en parallèle, on rendrait hommage à l’architecte qui avait réussi cette création hors norme. Pauvre homme, mort peu avant la fin des travaux d’un phlegmon dentaire. La famille, sollicitée, s’était nourrie de cette espérance ; le brave homme serait honoré à titre posthume.
Nous sommes en 1920 et la petite commune de Bressy souffre d’un manque d’intérêt. Pas de tourisme vert, ce n’est pas encore à la mode et le conseil municipal à bout d’idées avait proposé de construire des vespasiennes publiques, car à l’évidence les rues étaient souillées par des messieurs indélicats et quelques mégères qui vidaient délibérément leur pot de chambre.
Personne ne s’était posé la question de l’inauguration et comment allait se présenter les choses… C’est la raison pour laquelle, un gamin passant par là, fut pratiquement happé pour faire ce que personne n’osait faire ; et au moment même où le maire remerciait la foule massée devant cet édifice, il s’effondra. Colosse au pied d’argile !
Je ne vous raconte pas ce qu’il fut écrit dans les gazettes le lendemain ; un véritable cahot médiatique, des invectives injurieuses. Seul le gamin fut applaudit !

 

vespasienne

Au temps des Romains les toilettes publiques servaient aussi de lieu de réunion et de  discussion.

Des mots, une histoire chez Olivia – 3

Le glacier Serrano

Mon cœur battait la chamade ; une onde de choc à couper le souffle ! Enfin j’y étais ! Malgré la fatigue provoquée par une marche assez longue pour moi, la poussière qui me collait au visage, tandis que la pluie et le vent faisaient des apparitions intermittentes, j’étais arrivée au pied de ce mythique glacier de Patagonie chilienne. Au pied c’est beaucoup dire car il aurait surtout fallu que je fasse du trekking et ce n’était pas au programme. Un chien de berger m’avait suivie  et aboyait joyeusement chaque fois qu’une difficulté se matérialisait ; comme s’il m’encourageait à grimper dans le sentier pourtant balisé afin que la progression de la marche garde une fluidité pour les randonneurs.

J’étais à l’adret du glacier ; le coté ubac est inaccessible. La langue bleue plongeait dans le lac où baignaient quelques icebergs qui accrochaient la lumière. Je suis restée là à contempler ce coin de nature, assise sur une pierre sans pouvoir esquisser un geste ; les photos furent prises plus tard alors que je  reprenais mon sac et abordais le chemin du retour.

Plus tard après avoir éteint la petite lampe de chevet dans ma petite chambre d’hôtel, derrière mes yeux fermés, le film de ma journée dans ce coin de la Terre de feu, déroulait ses images inoubliables

IMG_4340

IMG_4344

Mes photos du glacier Serrano

IMG_4440

IMG_4442

Mes photos du glacier Gris

Mais pour montrer la beauté aussi du glacier gris que l’on ne peut approcher car trop loin. Photo du net….

Résultat de recherche d'images pour "gris glacier chili"

 

Les mots à placer : bac – fluidité – aboyer – berger – geste – feu – poussière – onde – retour – éteindre – chamade