Les plumes d’Aspho – 5 – Tous aux abris

Avec les mots de la récolte sur le thème

Confinement ?

Je me croyais en sécurité dans mon jardin… J’avais fini d’installer les nichoirs pour les mésanges et autre rouge-gorge, ceux là même que j’avais nourri tout l’hiver. J’avais envie de me cocooner, de me protéger après cette épreuve médicale ; j’avais envie  de regarder fleurir les forsythias et les pensées colorées savamment repiquées au mois de novembre.

Je contemplais la chienne Neige qui entre dans sa dix huitième année,  gambader et courir vers la barrière quand sa congénère trois fois plus grosse qu’elle pointe le bout de sa truffe. Ah ces deux-là ne se supportent pas !

Je grabotais dans la cabane de jardin cherchant le sécateur à long bras pour enfin couper les branches qui me gênaient pour refondre un peu ce coin de nature. Laisser place à la créativité qui monte au printemps comme la sève dans les arbres.

Et voilà crac, nous voilà claquemurer dans la maison. Nous sommes en guerre contre un petit machin qu’on ne voit même pas, et qui nous oblige à faire des provisions. Bon les provisions de bouche, normal, mais terrible de voir deux harpies, se battre pour des rouleaux de papier Joseph c’est terrible et c’est risible.

Et voilà, j’ai posé mon sécateur et refait ma pile de lecture et rechercher mes modèles de broderie.

A bientôt donc

Oiseaux - Rouge-gorge familier - Erithacus rubecula - Sur un mangeoire à Courcouronnes

11 commentaires sur « Les plumes d’Aspho – 5 – Tous aux abris »

  1. « Laisser place à la créativité qui monte au printemps comme la sève dans les arbres. » Si tous ceux confinés pouvaient en prendre conscience ! J’entends autour de moi nombres de jeunes qui s’ennuient déjà à rester chez eux…

    J'aime

  2. Hello Lilou
    Là aussi, y’a des oiseaux qui chantent 😆
    On sent le vécu, ma foi, c’est un mauvais moment à passer. Prends soin de toi, surtout.
    Le reste on s’en fiche un peu…
    Bonne semaine
    e-bises d’O.

    J'aime

  3. Nous étions bien innocents de nous croire à l’abri ! Et ceux qui ne sont pas en très grande forme appréhendent à juste titre ce satané virus. Je lis que tu as eu des soucis de santé. Je pense à ma petite soeur qui va avoir des séances de radiothérapie et qui, pour cela, devra faire des km pour aller à l’hôpital. Tout est fait, je l’espère, pour que les gens fragiles ne soient pas en contact (autant que faire se peut) avec des gens potentiellement contaminés. Bonne soirée Lilou.

    J'aime

  4. On ne peut pas être plus en lien avec l’actualité ! Je n’ai pas eu le temps de voir les gens se battre pour du papier toilette ni pour des pâtes… il n’y en avait déjà plus ! Je me demande bien ce que les gens vont faire avec autant de pâtes ! Ils vont en manger pendant des mois ! 😉

    J'aime

  5. Depuis quelques jours, il y a beaucoup plus d’oiseau…
    Tu me diras, il y avait des travaux dans ma rue qui sont interrompus depuis mardi donc ceci explique peut-être cela!
    Ton texte a une sorte de fraicheur qui fait du bien!
    Merci Lilou
    Bises

    J'aime

  6. Je serais bien allée aussi travailler dans le jardin mais il n’est pas au pied de mon appartement et en plus je ne suis pas en tres grande forme, beaucoup de symptômes depuis quelques jours de cette cochonnerie sans les pires .
    Bises

    J'aime

Les commentaires sont fermés.