l’atelier de Ghislaine – atelier 74

avec les mots..

Songe, méconnu, image, pareil, nocturne, éphémère, harpies, utopie.

ou la phrase : Nul besoin de miroir pour…

Nul besoin de miroir pour observer cette image. Je sais combien le temps a fané mon visage, pareil à la pomme ridée qui sèche au grenier. Comment vaincre la vieillesse ? J’ai essayé toutes les crèmes et tous les sérums si chers ceux qui promettent la jeunesse éternelle ;  ils n’ont pas effacé les méfaits des nombreuses années écoulées. Elle était là la vieillesse ennemie !

Et pourtant, je ne l’ai pas vu s’approcher de moi. Elle était à mes cotés cette harpie, envoyée de la mort. Elle cheminait près de moi depuis longtemps déjà sans bruit, comme dans un mauvais songe nocturne, sans se faire remarquer, déposant tantôt une ride, tantôt une nouvelle douleur ou bien une marche trop haute, une escalier sans rampe trop difficile à gravir. Quand j’ai découvert sa présence, j’ai voulu la chasser, la faire tomber dans un fossé pour qu’elle quitte mes pas à jamais. Mais non, elle était toujours là, avec son faux sourire presque rassurant ; toujours là me prenant pas le bras pour m’entraîner sur ses chemins. Alors, j’ai cessé ce combat éphémère. J’ai pris sa main. Depuis ce moment, je la suis en marchant vers l’ombre, tranquillement sans révolte.

avec la complicité de mon amie Geneviève

 

Nul besoin d’un miroir pour refléter les songes ; ils sont trop éphémères ! Ce serait une utopie que de croire ces visions nocturnes venues de la douce musique de Mendelssohn entendue une nuit d’été.

Nul besoin de miroir pour refléter l’image de cette harpie méconnu pareil à l’aigle noir chanté par Barbara.

Nul besoin de miroir pour …

4 commentaires sur « l’atelier de Ghislaine – atelier 74 »

  1. Hé oui Hélas cette harpie là personne ne s’en débarrasse !! C’est notre lot à tous Lilou
    Merci de ta belle et très censée participation !
    Il y aurait matière à reflexion avec ton texte………..
    Bises amicales Lilou

    J'aime

Les commentaires sont fermés.