Une photo, quelques mots – 271

Une photo de Marion Pluss

 

C’était un vieux cinéma de quartier, on voit encore au plafond le tissu à damier que mon oncle André, projectionniste de son métier, avait accroché pour éviter les courants d’air. La peluche des fauteuils était tellement râpée que les ressorts nous piquaient les fesses. Pas question de minater ou de se bisouiller dans les coins sous peine d’entendre grincer et couiner comme les chattes qui venaient faire leurs petits dans des endroits impossibles. Mon oncle Dédé était obligé de les donner et pour les restant de les nourrir.

Aujourd’hui, je retrouve une salle de réunion. Un écran blanc, un tableau interactif, des fauteuils en cuir pour l’auguste derrière des participants aux réunionnites aigues dont les entreprises ont le secret ; et dire qu’ils se moquent des fonctionnaires qui sont à la machine à café…

4 réflexions sur “Une photo, quelques mots – 271

  1. Bonjour,
    Un beau souvenir bien évoqué pour une époque du cinéma qui n’a plus court.
    C’est vrai que les boites privés sont très fortes en réunionnite, cela en devient une plaie.
    Bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s