Jeu de lettres – 22 – Le canif inconnu

Ma Lady nous propose un canif qui sert à tailler…. Je ne sais quoi… avec les lettres

AEEUCHLMNPRT

Ah si c’est un tranche-plume

logo jeu-de-lettre-lady-marianne                                    Résultat de recherche d'images pour "canif pour tailler les plumes"

  • « Et c’est comme je vous l’dis monsieur le commissaire. Tout petit déjà, je regardais mon grand père dépiauter les lapins avec un écharnoir. Cependant,  c’est plus tard que j’ai développé une fascination, oui une fascination maladive pour tout ce qui tranche, coupe, déchire, arrache et déchiquette.

Je me baladais toujours avec mon opinel et je découpais les nappes de maman, les tresses de mes sœurs et j’ai même voulu taillader  la chose à mon copain. Bien sûr on m’a confisqué le couteau. Qu’ à cela ne tienne, j’ai fabriqué un surin avec un vieux désoperculateur de tonton René ; il l’a cherché longtemps son machin pour les ruches. Vers dix ans, une émission de télé médicale m’a ravi et hop j’ai attrapé toutes les peluches de la maison et j’ai opéré à tout de bras, la panthère noire fut trépanée, l’éléphant de ma petite sœur Laure fut amputé de sa trompe et le pauvre Youki faillit être réduit en charpie parce que j’ai voulu l’épucer avec un scalpel. Quand à ma sœur Julie, elle s’est mise à crier comme une vraie tarée quand j’ai voulu lui enlever un morceau de sa partie trop charnue à goût : des fesses cela doit être à peine rebondi. Ah oui J’ai aussi plumé  trois poulets de grand-mère et coupé la caroncule du coq blanc, il m’a même becqueté le dessus de la main, voyez la cicatrice !

Comment dites vous ? Avec quoi j’ai coupé la caroncule ? Mais avec un tranche- plume, monsieur le juge, heu monsieur le commissaire !  Vous voyez, , que question couteau, canif et découpage, je m’y connais ; c’est rien de le dire. Vous voulez savoir la suite ? Et bien je vous l’dis !

Un jour, je suis allé camper avec l’oncle René, cela le calmera a-t-il dit à maman. Ah il est clément dit toujours papa en parlant de son frère. C’est vrai qu’il est gentil l’tonton. Aussi, je n’ai pas compris pourquoi y  m’a collé une baffe  généreusement appliquée, même que, j’ai cru que mon épaule se détachait de mon corps, quand il m’a retrouvé accroupi près de la boutasse,  maculé de boue qui schlinguait la marée polluée, penché sur une grenouille  laquelle ne m’avait rien fait, bien décidé à lui poser une canule où vous pensez, une sorte de scramasaxe fauchée au vieux musée du village, une vraie relique franque paraît-il, à la main pressé de lui trancher les cuisses ;  il n’a rien dit mais.  Ma joue fut rouge pendant plusieurs heures et pas question de fumer le calumet de la paix. Tonton a juste dit que j’étais un méchant personnage. Jamais plus il ne m’emmena avec lui.

Atchoum… On prend froid dans votre cambuse, si jamais j’ai un rhume à cause de vous… Et puisque je vous dis que je ne l’ai pas tué votre bonne femme, vous pouvez me croire ; même pas découpée au feuillet de boucher ! Je préfère les canifs, c’est plus sournois, on peut taillader, éplucher, écorcher etc…

  • Vous pouvez me rappeler votre nom Monsieur ?
  • Landru, monsieur le commissaire Landru, pourquoi ?

 

6 commentaires sur « Jeu de lettres – 22 – Le canif inconnu »

  1. une excellente histoire —– belle chute !!
    quelle belle imagination— trancher depuis sa tendre enfance—-
    chouette énumération— puis la chute à laquelle je ne m’attendais pas-
    Un grand bravo !
    bisous et bon dimanche-

    J'aime

un petit mot fait toujours plaisir

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s